Archives du mot-clé Réseaux Sociaux d’Entreprise

Comprendre les réseaux sociaux d’entreprise

Les réseaux sociaux d’entreprise, mais c’est quoi donc ?

Peut-être l’avez-vous entendu définir de la manière suivante : le réseau social d’entreprise c’est le Facebook de l’entreprise.
Cette définition à l’avantage de se vouloir pédagogique, mais elle est à la fois réductrice et peut, d’une certaine manière, faire peur. Car si les Réseaux Sociaux d’Entreprise empruntent aux réseaux sociaux grand public certains codes et fonctionnalités, ils s’en distinguent par des usages centrés autour du travail, et non du loisir ou du divertissement.
Bref, sur un réseau social d’entreprise (soyez cool, dîtes RSE), on n’est pas là pour poster le dernier vidéogag vu sur YouTube, mais plutôt des documents, questions ou idées, sur lesquels je vais pouvoir échanger avec mes collègues. Le RSE permet plutôt de se connecter entre collaborateurs d’une même organisation pour faciliter le partage et la collaboration … sur des sujets avant tout professionnels.

Les réseaux sociaux d’entreprise s’appuient techniquement sur une plate-forme logicielle qui permet de :
– Chercher, souscrire et recevoir de l’information (en ce sens, ils peut être vu comme un concurrent à l’intranet et aux bases de connaissance)
– Rechercher des experts ou de l’expertise sur un sujet donné
– Partager de la connaissance sur des centres d’intérêt métier partagés
– Faire remonter des idées du terrain ou des opportunités d’innovation
– Ou encore, collaborer sur des projets, y compris entre personnes travaillant dans des localisations géographiques différentes

Les principales fonctionnalités d’un réseau social d’entreprise

Comprendre les réseaux sociaux d'entreprise : Fonctionnalités d'un réseau social d'entreprise

Les 3 grandes « briques fonctionnelles » d’un réseau social d’entreprise

Pour schématiser, on peut dire qu’un réseau social d’entreprise se décompose en trois grands domaines.
Le premier, concerne les profils. Chaque membre du réseau social d’entreprise y possède sa fiche d’identité, où l’on va retrouver sa photo, ses informations de contact (e-mail, numéro de téléphone, …). Ces profils vont pouvoir se connecter et ainsi se mettre en réseau (dans la pratique, cela consiste généralement à « suivre » une personne. Souvent il n’y a pas besoin de réciprocité comme sur LinkedIn ou Viadeo, c’est-à-dire que la personne suivie, n’est pas obligée de vous suivre en retour).
Le deuxième, ce sont les communautés. Les communautés, aussi appelées « groupes », sont des espaces collaboratifs où a minima deux jusqu’à plusieurs dizaines (voire centaines) de personnes peuvent se retrouver pour discuter, échanger des documents, poser des questions ou soumettre des idées.

Pour l’écrire sous forme d’équation :

RSE = Réseau (individus) + Communautés (contenus)

Cette équation ne serait pas complète si l’on n’y ajoutait une fonctionnalité spécifique aux réseaux sociaux d’entreprise : le fil d’actualité (newsfeed en anglais). Il s’agit d’une page qui m’est personnelle, où je vais retrouver en un coup d’oeil tout ce qui se passe dans mon réseau social : dernières discussions dans les communautés auxquelles j’appartiens, messages postés par des personnes que je suis, alerte sur des documents récemment modifiés par un membre du projet sur lequel je travaille…

Réseaux sociaux d’entreprise : quels usages, pour quels bénéfices ?

On retrouve, en général, six grandes familles d’usage dans les réseaux sociaux d’entreprise. Ces grandes familles vous sont présentées dans le schéma ci-dessous.

Comprendre les réseaux sociaux d'entreprise : 6 familles d'usage d'un réseau social d'entreprise (RSE)

Réseaux sociaux d’entreprise – Les 6 familles d’usage

Pour donner des exemples concrets, imaginez Thomas qui est commercial au sein d’une entreprise qui vend des services techniques en B2B (mettons, dans l’industrie). Ils répond régulièrement à des appels d’offres « pointus ». Grâce au réseau social d’entreprise il va pouvoir demander rapidement de l’aide aux autres commerciaux de sa région. Ces derniers pourront répondre à certaines de ses questions directement sur le réseau social, ou y poster des documents réutilisables qu’il pourra annexer à sa réponse et gagner un temps précieux.
Aussi, le RSE est pour lui un endroit idéal où partager des remontées terrain (directement à partir de son smartphone, rapide, pratique). Plus simplement, grâce au RSE, Thomas peut rester « connecté » à son équipe malgré ses fréquents déplacements. Cet effet de re-connexion apporté par le RSE est particulièrement appréciable chez les commerciaux qui, du fait qu’ils sont nomades, peuvent se sentir plus isolés du reste de l’entreprise.

Prenons maintenant Alexandra qui est manager d’une unité de 200 personnes dans le secteur des services informatiques. Elle pourra utiliser le réseau social pour des choses aussi variées que :
– Prendre connaissance des dernières actualités de son secteur alimenté par tous les membres de son équipe
– Commenter le dernier compte rendu du projet « croissance 2015 »
– Publier et commenter les (excellents) résultats trimestriels auprès de ses collaborateurs
–Remercier Franck, qui a publié sur le réseau un très bon article sur des technologies innovantes de développement informatique (le RSE se révèle un excellent outil de veille et de partage des connaissances)
C’est ainsi qu’Alexandra réinvente les pratiques managériales, qu’elle peut mettre en oeuvre grâce au réseau social, et qui en plus suscite l’adhésion de ses équipes (et un peu d’envie chez les autres managers de son entreprise…).

Le RSE : effet de mode ou véritable révolution des manières de travailler ?

Ceux qui auraient déclaré il y a 20 ans que l’e-mail était un effet de mode … se seraient gravement fourvoyés. De là à dire que le réseau social d’entreprise va révolutionner la manière de travailler en entreprise … eh, bien, pourquoi pas après tout !
Par contre, ce qui est sûr, c’est que réussir la mise en oeuvre d’un réseau social d’entreprise nécessite de ne pas se précipiter, et surtout de bien réfléchir à ce qu’il pourra amener à l’entreprise et à ses collaborateurs. Il ne suffit pas de déployer l’outil pour qu’il soit utilisé par tous du jour au lendemain.

Certaines entreprises ont connu l’échec dans leur projet en proclamant « Allez-y, notre nouveau réseau social interne est ouvert ! ». Et ceux qui sont allé voir sont rapidement repartis, faute de savoir comment l’utiliser et surtout pour quoi l’utiliser. Car il y a encore beaucoup de personnes qui ne sont jamais allées ni sur LinkedIn, ni sur Twitter et encore moins sur Google+ : au mieux ont-elles surfouillé sur Facebook (avec un couteau sous la gorge tenus par leurs enfants ou petits-enfants!).
Il y a donc, dans tout projet de réseau social d’entreprise, un gros effort à mettre sur l’accompagnement au changement des utilisateurs. Il s’agit d’expliquer quand et comment l’utiliser (normalement ce type d’outil est intuitif, mais si vous n’avez jamais été sur Twitter, il y a de fortes chances que vous ayez jamais entendu parler de #hashtag, ou de @mention – prononcez « mènecheune », Ndlr).

L’adoption est donc l’enjeu clé pour cet outil de nouvelle génération.
Mais une fois l’habitude prise, demandez donc à un utilisateur du réseau social de l’abandonner demain : il y a de fortes chances qu’ils vous réponde « touche pas à mon RSE ! »